Les confidences de Malou Zryd

 

Atelier Malou ZrydDepuis le 4 septembre 2015 et jusqu’au 3 janvier 2016, le château de Chillon a la chance d’accueillir le travail de l’artiste Suisse-romande Malou Zryd mis en regard d’armures de la Renaissance et de l’époque moderne dans l’exposition « Armures, textiles et reflets. Œuvres de Malou Zryd ».

Et si nous faisions plus amples connaissances avec l’artiste ?

Pouvez-vous nous parler de votre parcours en tant qu’artiste ?

J’ai pratiqué depuis longtemps différents genres et techniques, toujours liés au contact tactile avec le matériau (textile, céramique, encre, papier). Mais c’est en janvier 2008 que j’ai compris quel était mon écriture et depuis je considère mon travail artistique.
J’ai besoin de faire et de toucher : je travaille totalement absorbée dans l’instant présent, passionnée par ce qui se passe dans le matériau sous mes doigts ou sous l’outil. Je découvre après, avec humilité, ce qui s’est passé.

Vous avez été créatrice de bijoux, quel a été le déclic qui vous a poussée à créer des manteaux ?

Dès l’origine, toute ma démarche tourne autour du lien entre l’homme et ses différentes enveloppes. Et ce, dans son lien à l’autre, son lien avec la matière, son lien au monde, son lien avec son moi intérieur.
Du bijou textile… :
Le bijou – tissu décoratif – est une enveloppe légère et aérienne. Il est composé d’un assemblage de micro-sculptures portatives sur un fil, chaque pièce de la composition étant unique.
Au manteau … :
Ma première série était intitulée « Défilés » (fils mixtes sur tissus, présentée en 2010 au Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel). Je considérais le manteau comme un ornement, comme un bijou. « Défilés » représentait bien une mise en valeur de la personne vêtue. Le manteau était encore un vêtement portable où j’explorais différents matériaux. Toutefois ma recherche ne portait pas sur le manteau  mais sur la forme manteau. J’ai voulu ainsi créer un subtil désaccord entre le vêtement à porter et le vêtement sans utilisation pratique.

_DSC9700 trav

Comment avez-vous évolué de manteaux destinés à être portés à ces manteaux -armures rigides ?

Lors d’une Biennale en Chine (fils mixtes sur tissus, Nantong, 2012), j’ai présenté la série des « Flowers shells ». Il s’agissait de carapaces fleuries. « Flowers shells » marque pour moi le passage du vêtement porté au vêtement sculpture, qui devient un pur objet d’apparat. Derrière l’exubérance florale et colorée, l’être humain disparaît.
En 2014 la série des « Contemporary Armours » (fils métalliques sur tissu, présentée à la Biennale 2014 de Nantong puis élargie pour cette exposition) représente de vraies armures portables, dans un camaïeu de tons neutres métalliques. Le corps  est caché et protégé. Le visage et le regard apparaissent seuls, nus.

Quelle a été votre réflexion autour de la notion de protection ?

On retrouve dans le bijou textile l’évocation de l’amulette protectrice que portaient les voyageurs autrefois. Dans « Défilés », il y avait une volonté de montrer la partie agréable de soi en captivant le regard. Les « Flowers shells  » dégagent une rigidité de la tenue, une mise à distance de l’autre par la prestance et le prestige de l’apparat.

Finalement, avec les « contemporary Armours », on arrive à l’ascétisme, l’absence de superflu. Les armures protègent la pureté du contenant.

Contemporary armour 2Contemporary armour 5_DSC7943+flou

Dans vos tableaux tapisserie vous assemblez plusieurs carrés. Le carré est selon vous le fondement de la vie. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez ?

Le carré simple et net est le fondement de ma vie. Je l’avais oublié mais il a ressurgi de lui-même dans mes recherches textiles, comme une évidence. C’est lui qui, en se démultipliant, m’a permis de trouver toute mon amplitude artistique.

10247194_1153983707951549_4268747978243005890_n

Comment travaillez-vous ? Quelle est votre technique ?

Je rature de fils métalliques et polyester les motifs donnés par des tissus anciens, de récupération. Ces motifs fournissent à mon travail un ancrage invisible. La machine industrielle que j’utilise lui transmet sa puissance.

Pour contempler l’œuvre de Malou Zryd, rendez-vous à Chillon !

11959962_769406489847807_3623034003081756856_n


Une réflexion sur “Les confidences de Malou Zryd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.